Isolation des combles : Pose de la première couche de laine de verre entre chevrons

Isolant, charpente et écran HPV

Après la pose des suspentes sur la sous-toiture, nous pouvons commencer l’isolation. Comme prévu à la phase de conception, la première couche de laine sera posée entre nos chevrons.

Notre charpente est dans une configuration intermédiaire (entre fermettes et traditionnelle), puisqu’il s’agit d’une charpente plateau à chevrons porteurs. Plus proche de la charpente fermette, les chevrons porteurs d’une profondeur de 215mm permettent de poser une épaisse couche de laine entre eux.

Comme expliqué dans l’article « Performances, matériaux et solution d’isolation », la première couche de laine est réalisé avec 200mm de laine de verre Isover Isoconfort 35. Dans la gamme Isover le nombre – ici 35 – est significatif du lambda de la conductivité thermique de l’isolant : 0,035 W/(m2.K) pour l’Isoconfort 35. Cette première couche de laine assure donc une résistance thermique R = 0,20/0,035 = 5,7.

Notre charpente étant recouverte d’un film de sous-toiture HPV – Hautement Perméable à la Vapeur d’eau -, il n’est pas nécessaire de laisser une lame d’air entre celui-ci et l’isolant pour assurer la circulation d’air.

C’est une exception des écrans HPV, les DTU imposant de ventiler la sous-face des autres écrans souples de sous-toiture pour éviter les phénomènes de condensation. Il faut par contre créer une lame d’air au dessus des écrans HPV, obtenue en réalisant un contre lattage.

Contrairement aux pare-pluies bitumineux ou à fort Sd*, ces films HPV sont perméants : ils sont étanches du coté extérieur (pour la pluie) et perméables à la vapeur d’eau de l’autre. Ainsi, ils assurent la bonne gestion de l’hygrométrie et évitent toute condensation qui nuirait à l’efficacité de la laine et dégraderait la charpente avec le temps.

Le Sd, exprimé en mêtre, caractérise la résistance à la diffusion de la vapeur d’eau. Un écran est dit HPV si sa perméance est supérieure à 1 g/m².h.mmHg soit une valeur Sd inférieure à 0,09 m. (Sd : hauteur d’air de diffusion équivalente en mêtre). Source Guide de choix Point.P

Sur ce principe, nous aurions pu poser jusqu’à 220mm de laine de verre entre les chevrons, quitte à tasser légèrement l’isolant aux endroits légèrement moins profonds. Finalement, nous avons préféré conserver le petit espace d’environ 1cm entre le film HPV et la laine, car:

  • comprimer la laine de verre, même légèrement, revient à diminuer le volume d’air emprisonné, entraînant une diminution des performances isolantes
  • Tasser l’isolant sous l’écran de sous-toiture peut amener de l’humidité par phénomène de capillarité.
  • Fixés directement sous les tuiles, ces films HPV sont fortement exposés aux intempéries, à la chaleur et à la poussiere ; je suis donc soucieux de l’efficacité de leur propriété respirante dans le temps…

Pose des panneaux de laines de verres

Cette première couche de laine est nue, elle ne comporte pas de pare vapeur pour éviter tout point de condensation avec la 2eme couche croisée dessus.

La pose des panneaux de laine de verre est relativement simple et rapide quand l’entraxe des chevrons est régulier. L’espace entre chevron étant d’environ +/- 58cm, il a suffit de découper le rouleau de 120cm à +/- le milieu.

Toujours couper ses panneaux de laine avec une marge de 1 à 2 cm de plus que l’espace entre chevrons pour assurer la tenue mécanique de la laine

Un conseil, ne vous ruinez pas a acheter les grandes couteaux à laine de verre, une « vieille » scie ou scie premier prix à dents moyennes fera très bien le travail. Et surtout n’utilisez pas votre belle scie Stanley qu’on vous a offert à Noel dernier, la laine est très abhrasive !

Les découpes des panneaux de laine une fois déroulés se font très bien à l’aide d’un gros cutter et d’une règle servant de guide, tout en comprimant le panneau de laine.

Etre à deux pour la pose des panneaux facilite le travail. Porter un masque et des gants est fortement conseillé, mais c’est vrai que nous ne le faisions pas systématiquement. Pas bien ^^.

Nous avions fixé provisoirement des fourrures en travers des chevrons pour maintenir la laine, mais c’était quasi inutile, la laine se tenait très bien toute seule.

Une fois la première couche de laine de 200mm posée, on ressent déjà les effets de l’isolation thermique ET acoustique !

Traitement des points spécifiques pour l’étanchéité à l’air

Avant de poser la laine sur le plancher derrière les pieds droits, nous avons traité les premiers points singuliers pour l’étanchéité à l’air :

  • étanchéité au niveau des passages de gaines électriques et de VMC à travers le plancher : à l’aide de manchons et d’adhésif spécial quand c’est possible (l’Isover Multitape adhère très bien), sinon à la mousse PU,
  • traitement de toute les liaisons entre le plancher bois et la maçonnerie sur toute la périphérie du bâti : au mastic d’étanchéité comme le Vario DS ou à la mousse PU pour remplir les gros interstices.
  • traitement des jonctions de plaques du plancher dans la zone non étanche, derrière les pieds droits

Cela permettra de limiter les courants d’air dans le plancher bois qui pourraient s’infiltrer depuis la zone non étanche.

Attention, la mousse PU n’est étanche quand surface, il ne faut donc normalement pas la couper

Mon avis sur la laine de verre Isoconfort 35

Facilité de pose La laine de verre est un matériaux qui se découpent, se travaillent et se maintient très facilement : Parfait pour le débutant que je suis ! L’Isoconfort 35 est assez dense comme laine de verre, elle ne se dédouble pas et les panneaux se posent très facilement

Performances thermiques Avec sa faible conductivité thermique, la laine Isoconfort 35 est un isolant haute performance. Elle obtient ainsi un très bon rapport épaisseur / performance qui permet l’optimisation de l’espace habitable : 300mm de laine Isoconfort équivaut à 350mm de laine classique.

Le prix En comparaison à d’autres solutions d’isolation, le rapport performance / prix n’est pas négligeable quand on a un budget serré.

Tenue mécanique Sa densité lui garantit une bonne tenue mécanique dans le temps et donc la durabilité de ses performances.

Quadrillage du voileLe quadrillage imprimé sur son voile est un petit plus bien pratique : son pas de 10cm m’a été très utile pour les découpes une fois les panneaux déroulés.

IrritanteBien qu’elle soit munie d’un voile confort, qu’elle soit « G3″ – mention signifiant Perfomance/Environnement/Santé -, je l’ai trouvée assez irritante, par rapport à d’autres laines telles que la Pureone d’URSAA, qui ressemble à du coton. Donc oubliez le tee-shirt, j’ai passé des nuits à me gratter :)

Le déphasage Une enveloppe performante se base principalement sur la résistance thermique, l’étanchéité à l’air et la densité de l’isolant. Ce dernier critère garantit un bon déphasage, ce qui assure un réel confort en été en conservant la fraicheur plus longtemps. La masse volumique de la laine de verre est trop faible pour cela (les GR32 / 30 sont déjà meilleures). j’ai fait l’impasse sur ce troisieme critère principalement pour des raisons budgétaires que j’ai expliqué dans un précédent article, sinon j’aurai surement opté pour de la laine de bois.

Le voile vapeur le voile vapeur qui revetit les panneaux de laines étaient souvent mal collés, se détachaient de la laine au fur et a mesure de la pose des panneaux. Pénible.

Explication simple, clair et concise des notions d’isolation, de déphasage et d’inertie ici

Prochaines étapes, passage du réseau en PER et pose de la seconde couche de laine. En attendant, n’hésitez pas à apporter vos astuces, avis ou précisions dans les commentaires sur ce retour d’expérience !


Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux préférés !


10 réponses à Isolation des combles : Pose de la première couche de laine de verre entre chevrons

  1. MUM

    merci pour ce bel article, très précis et complet, comme d’habitude ! Et bravo pour la news-letter ! Je suis sûre d’avoir ainsi les « nouvelles toutes fraîches » !c’est très pratique :)
    Voilà un boulot de fait ! Bon courage pour la suite !

  2. Martin

    Bonjour votre article est vraiment bien!
    Et pourquoi pas opter pour une isolation écologique? J’ai lu quelque chose en rapport sur un autre site et j’avoue que je ne sais pas quoi choisir…
    http://www.blog-maison.com/renovation/isolation-ecologique.php
    Vous en dites quoi?

  3. damien

    Bonne question !

    Comme vous, je trouve qu’il est difficile de prendre du recul et de savoir discerner la réelle signification du mot « écologique » concernant les matériaux de constructions ET leur mise en œuvre.

    Ce genre de sujets dérivent toujours vers des débats armés: chacun y va de son avis, de son expérience et les arguments des campagnes commerciales nous font tourner la tête …

    Entre la laine de bois qui peut contenir jusqu’à 30% de polyester pour son maintien et qui contient des particules encore plus fine que la laine de verre donc potentiellement nocives pour nos poumons, les laines d’origine animal qui requiert beaucoup d’eau pour être transformées, traitées et qui se tasseraient dans le temps, la ouate de cellulose qui contient du sel de bore soit-disant cancérigène, …. et j’en passe. Bref, il y a des arguments légendaires sur tout et pour tout les gouts.

    Une chose est sûre, la laine de verre n’a pas un bon éco-bilan et elle est également critiquée pour la santé de ses habitants. Si j’ai choisi cette solution, c’est parce qu’elle représente le meilleur compromis performances/coût, en réponse aux objectifs thermiques que nous nous sommes fixés. Construire un bâti moins énergivore, c’est notre manière de participer à l’éco-respect. Il est vrai que ce n’est pas un habitat « vert », c’est une maison économique en énergie :)

    Il y a des solutions pour chaque vision, chaque objectif et pour chaque budget! Comme votre lien le stipule, il commence à avoir des aides financières pour les matériaux dits écologiques. Cependant, ces aides restent assujetties à beaucoup trop de conditions…

    Pour terminer, je pense que la paille est l’un des matériaux les + écologiques, et si on veut se lancer dans cette démarche écologique, il faut aller plus loin dans la réflexion et ne pas s’arrêter à l’isolation : on n’utilise pas du placo mais du fermacell, on n’achète pas de la peinture acrylique de GSB mais de la peinture à la chaux écolo, on ne pose pas du stratifié mais du parquet massif, etc…

    Voilà, c’est mon point de vue, ma prise de position.

    Une chose est sûre, si les budgets et les aides me l’avaient permis, j’aurai bien plus pris en compte cette notion dans le choix des solutions de construction.

  4. Oncle G

    Salut les bas tisseurs , j’aurai pu mettre bas de laine (de verre)…il y a quelques années en arrière les vendeurs de materiaux de tous acabits vantaient l’amiante!! comme isolation….miracle… bonne pause(café)
    bonne pose

  5. Oncle G

    dans le grenier une bonne couche de foin et le tour est joué et en + 20 ans apres tu peux te servir des graines pour faire pousser des varietés disparues!!

  6. damien

    Merci oncle G pour tes commentaires (de)constructifs :D

    TOut à fait d’accord, tout est cancérigène aujourd’hui, mais le raccouris LDV / amiante est peut être un peu rapide (taille et biopersistance des fibres non comparable). Ce qui est plus sur, c’est que les grands groupes industiels ont bien les moyens ne vous faire croire ce qu’ils veulent…

    Mais perso je m’inquiète bien plus de ce que je mange tous les jours que la laine posée dans mes cloisons étanches :)

    A lire, un communiqué de l’INRS sur les fibres minérales et céramiques. http://www.inrs.fr/accueil/risques/chimiques/focus-agents/fibres-autres.html

    Bon sinon j’espère que tu as fini de peindre ton plafond, et que tu as utilisé de la peinture bio sans solvant avec un COV mesuré ;)

  7. Ping : Isolation des combles en 2 couches de laine de verre BBC | Derrière les chênes ...

  8. Arno

    Bonjour,

    Je vais aider un ami à isoler son toit entre fermette, 1 seule couche de LDV Knauff TI212 200mm, cette laine de verre semble avoir un papier Kraft Pare Vapeur, voulant bien isoler de l’air on pensait mettre un parevapeur par dessus, est-ce une erreur ?!

    Cordialement.

    • damien

      Bonjour,
      Il est déconseillé de multiplier les pare-vapeurs dans le doublage, au risque de dégâts causés par l’humidité et la condensation entre les 2 pare-vapeurs. Il faut soit utilisé (uniquement) le kraft incorporé à l’isolant, soit le retirer (ou le quadriller de coups de cutter) si vous tenez à utiliser un pare-vapeur indépendant par dessus.

Laisser nous un petit commentaire !

Du bon usage des commentaires sur derriereleschenes.com :

  • Vous n'avez pas besoin d'être inscrit pour commenter, l’anonymat est autorisé
  • Vous pouvez personnaliser votre avatar (picto photo) pour mieux vous représenter
  • Ou vous pouvez aussi créer votre compte "abonné" sur derriereleschenes.com pour mieux vous identifier !
Pour en savoir plus, voir cette page d'explication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.