Isolation des combles : Isolation et ossature des pignons

Tout d’abord, milles excuses pour nos retards de publication. Les travaux doivent avancer rapidement pour permettre de labelliser la maison dans les temps, au détriment du blog, faute de temps… Les retards de chantier étant rattrapés, les publications vont maintenant suivre plus régulièrement! Bonne lecture à tous!

Pour terminer l’isolation et l’étanchéité des combles, il nous reste à traiter les 2 pignons maçonnés. Nous avons choisi de réaliser l’isolation thermique par l’intérieur à l’aide d’une ossature Optima et de panneaux de GR32 160mm.

Ossature Optima 2 et laine Gr32

Optima 2 est le système de doublage sur ossature métallique propre à Isover. Il permet de réaliser une ITI (isolation thermique intérieure) avec contre cloison légère (plaques de plâtre, lambris) rapidement, sans grande technicité et pouvant s’adapter à l’épaisseur d’isolant choisi.

La solution de doublage Optima ne se base pas sur une ossature autoportante du sol au plafond, mais sur un système d’ossature à appuis intermédiaire, se composant de :

  • de lisses à fixer au sol, tout comme pour l’ossature de sous-toiture,
  • de lisses à fixer au plafond
  • de montants verticaux réalisés avec des fourrures et éventuellement des eclisses,
  • d’appuis intermédiaire Optima 2, choisis en fonction de l’épaisseur du doublage à réaliser ( des 70-160mm pour notre configuration)

Les lisses sont des profilés métalliques (acier galvanisé) asymétriques servant de rails dans l’ossature de doublage.

Comme écrit dans un précédent article sur nos choix d’isolation, nous utilisons de la laine de verre GR32 de 160mm d’épaisseur, pour obtenir un coefficient de résistance thermique R=5.

Télécharger la documentation Isover de la solution Optima

Lafarge propose une solution équivalente nommée PREGYMETAL. Voir la documentation.

Mise en œuvre du doublage

1. Fixation des lisses basses et hautes

Normalement, la position des lisses se détermine en fonction de la largeur des tapées de fenêtre et de l’épaisseur du parement (plaques de plâtres, Fermacell, etc.) :

Position = Largeur des tapées – épaisseur du parement.

Normalement, les plaques de plâtres viennent ainsi se glisser derrière les tapées, plus pratique pour assurer une belle finition sur les pourtours des ouverture.

Sur notre chantier, le doublage des pignons est encombré par les grosses gaines « rigide » de PER pour le réseau hydraulique, ainsi que celles du réseau électrique et de communication, ce qui demandait de beaucoup comprimer l’isolant par endroit. Au risque de trop compresser la laine qui affecterait ses propriétés isolantes, nous avons préféré poser le placo à fleur des tapées pour gagner en épaisseur de doublage.

Les lisses basses sont fixées par des vis à bois – ou à défaut des ttpc 35mm – tous les 40cm dans le plancher bois. Concernant les lisses hautes, on a attendu de poser les plaques de plâtre en sous-toiture et plafond pour pouvoir les visser dessus (on assure ainsi la bonne jointure des plaques de plâtre entre plafond et murs).

Pour l’étanchéité, l’isolation phonique et compenser les éventuels tassements de structure pouvant être source de fissures, on peut coller une bande résilientesous les lisses métallique (bande de désolidarisation en mousse).

2. Fixation de la fourrure horizontale et des appuis intermédiaires

Les fourrures servant de montants verticaux sont trop souples pour se contenter de 2 points de fixation (lisses hautes et basses), des appuis intermédiaires sont nécessaires pour renforcer la structure. C’est pour cela qu ‘il existe des appuis spécifiques comme les Optima, qui se fixent au mur de 2 manières :

  • directement sur le mur à isoler, pratique surtout dans la rénovation pour compenser les défauts de planéité,
  • en se clipsant dans une fourrure chevillée horizontalement dans le mur, bien plus rapide et pratique pour régler horizontalement les appuis.

Après avoir fixé la fourrure horizontal à environ 125cm du plancher, il faut positionner les appuis en fonction de l’emplacement des futurs montants : ceux en périphérie du mur et des ouvertures, ainsi que ceux intermédiaires disposés à intervalles réguliers.

Quelques règles de mise en œuvre pour un doublage standard:

  • La ligne d’appuis doit être à une hauteur à environ 1,25m par rapport au sol, 1,35m maximum.
  • L’entraxe des montants (donc des appuis) est de 60cm maximum

Ces données sont issues des documents des fabricants et avis techniques. Il est nécessaire de les consulter avant toute mise en œuvre. Lire l’avis technique du système Isover Optima.

Pose des panneaux de laine GR 32

Pour l’isolation, nous utilisons des panneaux de laine GR 32 de 160mm, d’un R=5, semi rigide pour éviter les risques de tassement dans le temps.

A l’utilisation, on se rend compte de la densité de la laine GR 32 en 160mm, encore bien plus important que l’Isoconfort 35 utilisé en sous toiture.

Il nous suffit de découper des lès de laine de 120cm, deles placer bord à bord pour assurer un calfeutrement continu et de les embrocher dans les appuis Optima2.

Enfin, on clipse la clé de l’appui Optima 2 sur la partie émergente de l’appui pour maintenir les lès d’isolant.

Attention : Pour éviter tout risque de condensation qui nuirait aux performances de l’isolant, le pare vapeur kraft doit toujours être posé coté intérieur.

Traitement de l’étanchéité à l’air

Pour l’étanchéité à l’air, nous nous contentons de scotcher soigneusement le kraftrecouvrant les lès d’isolant et leurs périphéries… C’est certes moins performant qu’un frein vapeur indépendant comme celui posé en sous-toiture, mais c’est surtout un choix financier : Nous évitons l’achat d’un rouleau supplémentaire de Vario pour étancher 20m² de pignons maçonnés et crépis, où l’étanchéité est théoriquement traitée « en dur ».

Voici les points que nous avons traité :

  • les jonctions des lès d’isolant, l’adhésif KB1 adhère très bien sur le kraft,
  • le pourtour des tiges Optima transperçant le pare vapeur (peut se faire au mastic ou avec des œillets type Passelec),
  • les gaines traversants le pare vapeur, telles que celles des volets roulants,
  • le pourtour des tapées de fenêtres,
  • la jonction avec la membrane de sous-toiture : nous avons utilisé de l’adhésif Multitape de 150mm de largeur, parfait pour une pose en angle mur/sous-toiture.

Mise en place des montants verticaux

Il ne reste plus qu’à poser les montants verticaux pour terminer le doublage.

Nous avons utilisé des fourrures « classiques » type S47 / F48 en 5M au lieu des Optima 240. Elles sont identiques et souvent vendus moins chères.

On découpe des fourrures à la hauteur h= sol/plafond – 1cm, que l’on vient clipper dans les les lisses basse et hautes, et dans la clef des appuis intermédiaires.

C’est vraiment simple et rapide à mettre en œuvre, il ne reste plus qu’à régler la planéité de l’ossature, en découpant si besoin les tiges des appuis ( cela se fait tout seul à la tenaille ou au sécateur), et enfin à verrouiller le clés des appuis Optima (1/4 de tour) pour maintenir les montants.

Si les fourrures sont trop petites, il existe des éclisses qui permettent de les prolonger : bien pratique, ce sont des profilés métalliques de 30cm permettant le prolongement des fourrures, en coulissant à l’intérieur de celles-ci pour s’adapter précisément à la dimension sol-plafond.

Vidéos de pose

Et hop, une petite sélection de vidéo pour se faire une idée de la mise en œuvre :

 

 

Mon avis sur le système Optima 2

Simplicité de mise en œuvreSimple, rapide, ne nécessite pas d’outillage particulier ni de connaissances particulières. L’utilisation d’une fourrure pour fixer les appuis est très utile, permettant de faire coulisser les appuis pour positionner les futurs montants.

Performance thermiqueIl permet de mettre de large épaisseur d’isolant ( 160mm), et le poser de façon continue, limitant ainsi les risques de ponts thermiques.

CoûtLe cout des matériaux reste très correcte : ~ 20€ du m² pour réaliser le doublage.

RigitéJe trouve le doublage un peu trop souple avec une ligne d’appui intermédiaire. Si c’était à refaire je positionnerai 2 lignes d’appuis : un au niveau des épaules, l’autre au niveau de la hanche.

Verrouillage des cavaliersParfois, il est difficile de verrouiller les cavaliers sur les tiges des appuis Optima 2 : la tige se vrille ou le cavalier se grippe.

Étanchéité à l’airContrairement au système Integra 2, le système Optima 2 n’est pas prévu pour une utilisation avec une membrane frein vapeur indépendante : il n’est pas possible de créer un espace technique entre le parement de finition et une membrane frein vapeur indépendante.Si j’en avais utilisé une, il aurait été nécessaire de doubler l’ossature avec des tasseaux en bois pour recréer ce vide technique. Attention aux profondeur de tappés dans ce cas..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *